23H42 : piano-Beethoven

Marathon des 32 Sonates

1802 (07/12)

56 min

Au programme

Trois Sonates opus 31 :
Sonate n° 16
Sonate n° 17 « la Tempête »*
Sonate n° 18 « La Chasse »

Les artistes

Nicolas Pays
Benjamin d'Anfray*
Jennifer Meinier

*piano-forte : copie moderne de Walter (c. 1795)

Les trois sonates de opus 31, la Sonate pour piano n°16, la Sonate pour piano nº17 dite « La Tempête » et la Sonate pour piano n°18, composées entre 1801 et 1802, ne sont pas seulement unifiés par leur numéro d'opus, mais aussi par des idées et principes structuraux étroitement reliés. Les trois œuvres représentent en effet une étape importante dans l'évolution artistique de Beethoven qui, avec elles, ouvre un nouveau sentier musical qui le conduit vers les avancées des troisième et cinquième symphonies.

Malgré sa première position dans la publication des trois sonates de l'opus 31, la sonate pour piano n°16 est composée après la sonate « la Tempête » (n°17). Ce surnom « La Tempête » n'est pas de Beethoven, mais c'est pourtant lui qui aurait conseillé à ses auditeurs, pour en comprendre le sens, de lire La Tempête de William Shakespeare. Enfin, la Sonate n°18 est la plus atypique des trois. Elle est la dernière des sonates pour piano de Beethoven à comporter plus de trois mouvements (si l’on excepte la Hammerklavier (Sonate n°29) et la 28e Sonate opus 101) et la dernière à inclure un authentique menuet de facture classique.

Les trois sonates opus 31, écrites après le Testament de Heiligenstadt, sont dédiées à la comtesse de Browne.

16e Sonate en sol majeur, op. 31 n°1 (env. 20 min) - Nicolas Pays, piano
1. Allegro vivace
2. Adagio grazioso
3. Rondo, allegretto-presto

17e Sonate en ré mineur, op. 31 n°2 (env. 20 min) - Benjamin d'Anfray, piano-forte
1. Largo-Allegro
2. Adagio
3. Allegretto

18e Sonate en mi bémol majeur, op. 31 n°3 (env. 24 min) - Jennifer Meinier, piano
1. Allegro
2. Scherzo ; Allegretto vivace
3; Menuetto ; Moderato e grazioso
4. Presto con fuoco

Nicolas Pays, piano

Né en 1979, Nicolas Pays commence le piano à l’âge de 8 ans. A 11 ans, il entre dans la classe de Jean-Léon Cohen, au Conservatoire National de Région de Rennes. Il obtient sa médaille d’or de piano à l’âge de 16 ans mention très bien à l’unanimité du jury ainsi qu’un prix de perfectionnement deux ans plus tard.

Remarqué lors de cette prestation, il est sollicité pour participer au Festival International de piano de Dinard sous le label « jeune talent ». Il travaille ensuite avec Pierre Réach au Conservatoire Régional de Paris où il intègre également la classe d’accompagnement au piano de Ariane Jacob. Il y obtient en 2000 son prix de piano mention très bien. Désirant profiter des conseils de François Chaplin, il effectue ensuite un cycle de perfectionnement au Conservatoire Régional de Versailles et obtient un prix de perfectionnement à l’unanimité du jury en juin 2002. Cette même année, il est aussi lauréat du concours Yamaha des C.N.R de France.

En septembre 2002, il est admis dans la classe de Géry Moutier et Patrick Zygmanovsky au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon et s’intéresse à diverses disciplines telles que l’analyse, l’histoire de la musique, les ateliers de musique contemporaine et la musique de chambre. En 2004, il est invité par l’Opéra de Lyon pour participer à la création de l’opéra : « Les nègres » de Mickaël Lévinas en tant que clavier soliste. Il obtient en juin 2006 son Diplôme National d’Etudes Supérieures de Musique.

Depuis toujours passionné par la pédagogie, c’est tout naturellement qu’il se tourne vers la formation diplômante du CNSMD de Lyon où il obtient en juin 2008 son Certificat d’Aptitude de professeur de piano. Il enseigne depuis 2009 au Conservatoire de Béziers-Méditerranée. Il joue aussi régulièrement avec l’Orchestre national Montpellier Languedoc-Roussillon.

Le duo qu’il forme avec Xavier Chatillon, violoncelliste, a été récompensé en novembre 2008 par le « Grand Prix » de musique de chambre au Concours du Forum International de Normandie.

Benjamin d'Anfray, piano-forte

Benjamin d’Anfray, né en 1988 en région parisienne, commence le piano à l’âge de cinq ans.

Il étudie au Conservatoire national de Région de Boulogne-Billancourt et suit ensuite les cours de Billy Eidi au CNR de Paris, avant d’intégrer le CNSM de Lyon en 2009.

En 2015, il y obtient, après un séjour d’études à l’Université de Montréal avec Jean Saulnier, son master de piano, puis l’année suivante son master d’accompagnement. Passionné d’histoire, il a poursuivi en parallèle des études supérieures à la Sorbonne puis à l’École nationale des Chartes, où il a obtenu son diplôme d’archiviste-paléographe après avoir soutenu sa thèse en 2012. Depuis, il se consacre essentiellement à la musique, à la fois comme concertiste et accompagnateur ou chef de chant. Il se produit ainsi comme soliste ou chambriste avec notamment l’Ochestre de l’Opéra de Lyon, aux festivals Chopin à Bagatelle, Les Allées chantent et au Prieuré de Chirens en Isère, aux Pianissimes à Lyon et travaille particulièrement avec la soprano Jeanne Mendoche et la violoncelliste Lucie Arnal. Comme accompagnateur et chef de chant, il collabore avec l’Opéra de Lyon, l’Orchestre national de Lyon, L’Ensemble Justiniana, le choeur Spirito, le Centre national de la danse… Il est également accompagnateur des classes de danse du CNSMD de Lyon et, en 2017, rejoint l’Académie de l’Opéra national de Paris comme chef de chant.

Tout particulièrement intéressé par l’esthétique romantique et les pianos du XIXe siècle, il intègre le master consacré au piano-forte à l’université Paris-Sorbonne après plusieurs formations à la fondation Royaumont.

Jennifer Meinier, piano

Après avoir commencé le piano à Saint-Malo, où elle est née en 1979, Jennifer Meinier entre au Conservatoire de Rennes à l'âge de 16 ans. Elle y reçoit l'enseignement de Pierre Froment, dans la plus pure tradition d'Alfred Cortot.

Premier prix du Concours international de Brest en 1998, elle obtient alors une médaille d'or mention très bien à l'unanimité du jury en 1999 puis les prix de perfectionnement en piano et en musique de chambre, en 2001, dans la classe de Romano Pallottini, Jean-Marie Maes et laurent le Flecher. Parallèlement, elle poursuit des études de musicologie, jusqu'à l'obtention de la licence, en 2000. Dès lors, remarquée par Aquiles delle Vigne, elle est admise au Conservatoire Supérieur de Rotterdam, tout en suivant une formation d'enseignant au CEFEDEM de Rouen, où elle bénéficie de l'enseignement de Frederic Aguessy.

En 2003, Jennifer Meinier obtient consécutivement le diplôme d'Etat de professeur de piano et le prix supérieur du conservatoire de Rotterdam avec la plus grande distinction, puis en 2006 le diplôme d'Etat d' accompagnement.

Son duo violoncelle-piano et trio violon-violoncelle-piano avec Véronique Daverio et Anne-sophie Ratajczak l'amènent à se produire en Bretagne et également aux festivals de La Rochepot et Dinan. Elle se produit en récital au festival de piano à Mayenne, " Ebruitez-vous " avec Rhizome, festival de Pontivy et, Récital-Conférence : Scriabine, le Poète du Feu, dans le cadre du Festival de piano à Mayenne et à Rennes, joue le concerto de Grieg en décembre 2008 avec l'orchestre de la maîtrise Saint-Léonard. Jennifer Meinier enseigne actuellement au Conservatoire de Vitré.

Elle obtient en 2009 le certificat d'aptitude de piano en candidat libre.