11H00 : 2 Pianos-faux

24 Préludes op 22 d'Yvan Wyschnegradsky (1934)

Collectif "les pianoctambules"

24 préludes pour deux pianos (dés-)accordés au quart de ton

env. 51 min

Célébration des 40 ans de la disparition du compositeur français d'origine russe Ivan Wyschnegradsky (1893-1979).

Personnalité incontournable du paysage musical du XXe siècle, à l’instar d’un Schoenberg ou d’un Varèse, Ivan Wyschnegradsky – né à Saint Pétersbourg en 1893 et mort à Paris en 1979 – n’a cessé de chercher à concrétiser sa vision personnelle de la musique, appelant de ses vœux le « continuum sonore ».

Il s’engage sur la voie de son compatriote Alexandre Scriabine, mort prématurément en 1915, qu’il considérait comme le « génial prophète du Surart » ; nanti d’une même ferveur mystique, Wyschnegradsky travailla sa vie durant en tant que compositeur et théoricien de la musique, penseur et philosophe du son. Sa réorganisation des fonctions harmoniques, transgressant les lois de la résonance naturelle, passe par l’élaboration de nouveaux espaces intégrant la division en quart, tiers, sixième voire douzième de ton, qui débouche sur la notion de « continuum sonore ». Lié en Russie au courant constructiviste et engagé très tôt dans une réflexion sur les bases d’une nouvelle musique, Ivan Wyschnegradsky quitte son pays après la Révolution de 1917 et s’installe en 1920 à Paris où il écrit la majorité de ses œuvres musicales et théoriques.

Ses 24 préludes opus 22, dans tous les tons de l’échelle chromatique diatonisée à 13 sons, pour deux pianos accordés à distance d’un quart de ton datent de 1934.