Chopin.png
14H30 : Concerto nᵒ 1 en mi m, opus 11 de Frédéric Chopin

Grands Etudiants du Conservatoire du Mans

Solistes pianistes
Elisa Bigot, Arthur Gautier, Léa Martin & Lorenzo Tarade

Quintette
Antonin Laboulfie & Lola Le Berre, violons
Marianne Le Pober-Corfec, alto
Lou-Anne Perrin-Roussel, violoncelle
Enora Le Grognec-Noblet, basson

I - Allegro maestoso

II - Romance : Larghetto
III - Vivace

 

Ecrit en 1830, Le compositeur en donne la création
le 11 octobre 1830 à Varsovie, lors de son concert d'adieu.
En effet, il quitte dans les jours qui suivent la ville pour Vienne.
Le concert ne suscite pas dans la presse polonaise de réaction aussi enthousiastes que pour son Concerto pour piano no 2,
du fait de l'effervescence révolutionnaire régnant dans la capitale.
La Pologne se révoltera contre la domination russe
quelques semaines plus tard, le 29 novembre 1830.
Chopin ne reverra plus jamais son pays natal.

scriabine guillaume.jpg
15H : Concerto en fa# m, opus 20 d'Alexandre Scriabine

Soliste
Guillaume FOURNIER, piano

Quintette
Olivier Mingam & Estelle Imbert, violons

Mathilde Geismar, alto
David Harlé, violoncelle
Henri Roman, contrebasson

I - Allegro
II - Andante : Thème et Variations
III - Allegro moderato

Ce Concerto fut composé en 1896 et créé le 23 octobre 1897
à Odessa par le compositeur lui-même, sous la direction de Vassili Safonov.
C’est tout à la fois son seul concerto et sa 1ère œuvre symphonique.
Un motif de 3 notes descendantes parcourt les 3 mouvements,
comme un appel, traversant toutes les couleurs du sentiment humain.
L’œuvre s’inscrit dans la « première période » de Scriabine
alors encore très marqué par l’influence de Chopin.
D'allure très romantique, il ne laisse pas encore entendre ce que deviendra la musique de Scriabine, dans ses œuvres, innovantes, de la maturité.

schumann nicolas.jpg
16H : Concerto en la m, opus 54 de Robert Schumann

Soliste
Nicolas PAYS, piano

Quintette
Anne-Lise Journeaux & Estelle Imbert, violons
Mathilde Geismar, alto
David Harlé, violoncelle
Henri Roman, contrebasson

I - Allegro affettuoso en la mineur
II - Intermezzo : Andantino grazioso en fa majeur
III- Allegro vivace en la majeur

Le concerto pour piano de Schumann (1845)
compte aujourd’hui parmi les œuvres les plus aimées du répertoire.
Ses élans passionnés, son lyrisme et sa poésie sont les reflets
d’une âme tourmentée et profondément romantique.
Schumann n’en écrira pas d’autres mais son unique contribution
au genre éveilla l’attention de grands compositeurs,
à l’instar d’Edvard Grieg dont le concerto,
également en la mineur, doit tant au modèle schumanien.

wartel domitille.jpg
17H : « A Thérèse », concert raconté

Domitille BES, pianiste et musicologue

A la fois pianiste reconnue, compositrice, critique, pédagogue,
interprète experte de Beethoven, Thérèse Wartel restera
comme une figure de la vie musicale européenne
de la première moitié du XIXe siècle.
Lors de ce concert raconté, Domitille Bès propose de sortir de l'ombre
cette personnalité brillante.

PROGRAMME
Fanny Hensel : extrait de Das Jahr (Novembre)
Thérèse Wartel : 2 Etudes de salon opus 10
Ludwig van Beethoven : Largo e mesto extrait de la Sonate opus 10 n°3 
Nina Simone : You'll never walk alone

Patrick Jego et Jennifer Meinier.jpg
18H : « Duo Paris-Buenos Aires »

Patrick JEGO, accordéon
Jennifer MEINIER, piano

Des valses des faubourgs au tango argentin

PROGRAMME
Primavera Porteno, Piazzolla
Bébé, Hermeto Pascoal
Topolino, Pino di Modugno
Suite Troileana, Piazzolla
Shopping Valse, Claude Thomain
L’allégresse, Pierre Barouh
La sorcière, Jo Privat
Gnossienne 3, Satie
Improviziazoni, Bio Boccosi
Acquarelli Cubani, Luciano Fancelli
La flambée Montalbanaise, Gus Viseur
Children’s song 3, Chick Corea

chopin gwendal.jpg
19H : « 24 Etudes » opus 10 & 25 de Frédéric Chopin

Gwendal GIGUELAY, piano

Les Études de Chopin sont deux cahiers chacun
de douze études pour le piano publiés par le compositeur franco-polonais Frédéric Chopin dans les années 1830. 
Le premier cahier, l'opus 10, dédié « à son ami F. Liszt »
et le deuxième, l'opus 25, dédié « à Madame la Comtesse d'Agoult ».

Premières études à être aussi de véritables morceaux de concerts,
elles sont pourtant rarement jouées en public dans leur intégralité,
étant réputées pour leurs difficultés en tous genres.